Music Business - Réflexions et conseils - Olivier Vadrot

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - midem

Fil des billets

lundi 23 janvier 2012

Nouvelle ère ! !

Nouvelle ère ! !

ou

Les géants du net seront les maisons de disques de demain

Chers amis,

Comme vous le savez, si vous me lisez régulièrement, j’ai pour habitude de commencer mon article par un petit retour en arrière, sur les sept derniers jours. Aujourd’hui, je vous dirai bien que c’est l’avenir qui m’intéresse.

MIDEM.NET

En effet, s’ouvrira dans quelques jours, à Cannes, le MIDEM. Alors que les années précédentes, on faisait figurer le web, en parallèle du grand raout musical, cette fois-ci, le tout numérique sera totalement intégré à la fête. Oui, en général, on parle de la « grand-messe » ou « fête » du monde de la musique, quand on évoque le rassemblement de ce que la terre entière ou presque compte d’éditeurs en recherche de producteurs et de valorisation d’un catalogue quelconque.

Dans un peu plus d’une semaine, on saura ou du moins on espère connaitre la vision, si ce n’est à long terme, mais au moins pour les prochaines années, de tout ce beau monde.

Je n’y suis allé qu’une seule fois, il y a cinq ans. Déjà à cette époque, j’entendais les anglo-saxons dirent que le bateau avait fait naufrage et que nous, européens, étions accrochés à une planche de salut qui ne tarderait pas à couler elle aussi, si nous ne prenions pas rapidement les bonnes décisions. En clair, cela voulait dire, ne tournez plus autour du pot, modifiez vos modes de pensées et de travail, avant de toucher le sol et de vous écraser.

Bon, il a fallu ce quinquennat pour que le marché prenne la décision de faire figurer le net en bonne place. On va y arriver !

Diffuseurs = producteurs

Puisque je vous parle du net, j’aimerais revenir sur une notion qui semble échapper à beaucoup d’entre nous. Je dois bien avouer que je faisais également partie des béotiens, il y a peu encore, sur ce sujet.

Aujourd‘hui, nous savons qu’Internet a le pouvoir. Demain, il supplantera tous les autres modes de diffusion d’informations visuelles, musicales, sonores… Plus de postes de télé ou de radio, il n’y aura plus qu’un appareil connecté au web et qui permettra de passer d’un média à un autre.

Historiquement, la production musicale a toujours été, en grande partie, tenue par des grosses sociétés qui possédaient les moyens de la diffuser. C’est parce que Warner avait des réseaux de télévision ou que Philips fabriquait des électrophones qu’ils ont pris en main, ce segment de leur propre marché. Le discours était simple et efficace : « Nous possédons les tuyaux, créons donc ce qui passera dedans ».

Nouveaux acteurs "virtuels"

Aujourd’hui, la donne a changé. Ce ne sont plus les fabricants de matériel qui ont le pouvoir. Alors, qui possède ces fameux canaux et génère beaucoup d’argent ? Internet, bien sûr. Les fournisseurs d’accès, les moteurs de recherches, les plates-formes de diffusion de vidéos…

Il ne serait donc pas étonnant que d’ici peu, nous ayons des divisions de production de contenus musicaux au sein de Google, Apple ou Youtube.

Vous verrez, les magnats du web feront bientôt la danse du ventre pour signer le prochain album de U2 ou de Placébo. Fini les logos Umusic sur les livrets des CD (il n’y en aura plus de toute façon, alors…), on ara le droit au joli calicot à la pomme déjà croquée !

On entendra des discours comme « T’as signé avec Youtube, toi ? C’est bien ? Ils t’ont donné une grosse avance sur les futures lectures de ton clip ! Génial ! Moi, j’aimerais bien signer avec Orange, mais ils ne sont encore au top. Non, ils veulent juste me donner un pourcentage sur le nombre de pages-vues de publicité. Remarque depuis qu’il n’y a plus qu’eux qui diffusent des vidéos musicales, c’est sans doute un bon plan, non ? »

La musique sera désacralisée et deviendra un simple produit d’appel pour lessiviers assoiffés de reconnaissance. C’est toujours bon d’avoir un artiste dans son entourage, ça permet de rêver, de faire rêver et d’engranger…

C’est sans doute ce à quoi il faut s’attendre dans les années qui viennent. Voir, l’apparition de « web labels », tenus dans l’ombre de montages administratifs fumeux, par les grands tireurs de ficelles de l’internet. A vrai dire cela ne sera pas choquant. Cela s’appelle l’évolution. En revanche, ce qui risque de l’être est la répartition des droits. Là, il y aura sans doute encore un gros chantier à organiser, mais cela fera l’objet d’un débat, j’en suis certain, au cours du MIDEM 2017 !

Je vous souhaite plein de web succès !

Bonne semaine.

Olivier

lundi 18 janvier 2010

Les sectes ! !

Les sectes ! !

Ou

Comment échapper aux vendeurs de rêves

Chers amis,

La semaine qui vient de s’écouler a été très fructueuse et remplie de rencontres très intéressantes, tant professionnellement qu’humainement. Je souhaite vivement que les 7 prochains jours ressemblent aux précédents et surtout qu’il en soit de même pour vous. Malgré tout, je suis certain que nous sommes le premier acteur de notre vie et de notre réussite.

Je suis en contact assez régulièrement avec Eric, un chanteur qui vit dans la région de Grenoble. Nous échangeons par mail, sur l’évolution de son travail. Il me demande mon avis. Modestement j’essaie de l’aider.

Je reçois de sa part, un message, il y a une dizaine de jours. Il me dit avoir été contacté par une société de communication « très intéressée par son profil » et qui souhaite entrer en relation avec lui assez rapidement. Avant toute chose Eric a la gentillesse de me demander mon avis sur la société qui lui a écrit. Je me renseigne sur le net et n’y découvre pas grand chose d’exceptionnel. Je conseille donc au chanteur convoité, d’aller dans un premier temps au rendez-vous fixé par cette agence et qu’il me tienne au courant de son entretien.

Quelques jours plus tard, Eric m’appelle et me trace dans les grandes lignes les points abordés au cours de sa rencontre. Bien entendu la société a littéralement craqué sur l’artiste. Elle compte faire de lui une future vedette de la scène française. Comment procéder ? Le développement est très simple : Tu nous donnes 1200 € et un de nos agents se rend au MIDEM fin janvier et présente ton travail au monde entier ! ! ! Ils ont de très bons contacts avec le Canada et le Japon, paraît-il.

« Qu’en penses-tu ? », me demanda-t-il ? Ma réponse fut assez simple : « Méfie-toi ». Je suis allé au MIDEM, il y a 3 ans. J’ai vu comment les professionnels de « l’édition » travaillent. Ils viennent du monde entier s’échanger des catalogues de titres, parlent beaucoup de la chute des ventes de CD, retrouvent de vieux copains qu’ils n’ont pas vu depuis l’an passé, boivent de bons coups, mais ne sont pas, ou plus, ou rarement, là pour dégoter la perle rare de la chanson.

Je demande à Eric s’il sera le seul de l’écurie de cette société à être présenté à Cannes ? Non, bien sûr. Les gentils communicants confectionneront un joli CD d’une dizaine d’artistes, avec une belle jaquette et une non moins jolie pochette plastique. Ce produit extraordinaire sera distribué au grès des rencontres internationales. C’est bien connu, le Japon raffole de nos chanteurs. Voyez les carrières de… comment s’appellent-ils… ? Vous ne voyez pas ? Moi, non plus.

Ce que je vois c’est juste la multiplication de 1200 € par la dizaine de chanteurs qui auront bien voulu cracher dans le porte-monnaie de ces gens-là. Ainsi, leur MIDEM sera payé (VHR inclus, bien entendu). Ils pourront se pavaner sur la croisette et s’enorgueillir, auprès de leurs fréquentations parisiennes, d’avoir vu de magnifiques couchers de soleil, tout en croisant Pascal Nègre et quelques vedettes américaines dans le hall du Carlton.

Le jour ou de manière répétée et confirmée, la chanson française sera à l’honneur du MIDEM et s’exportera à travers le monde sur simple présentation d’une compilation, alors là je dirai : oui, allez-y ! D’ailleurs à cet instant il n’y aura aucune raison de payer d’avance, puisque le combat sera gagné avant même d’avoir débuté.

Face à ce genre de propositions, je vous invite à rester très prudent. Le marché francophone, ne se détermine pas au bord de la Méditerranée. On sait plus ou moins comment il fonctionne. Alors, si quelqu’un vous vend l’internationale, alors que vous n’avez pas sorti de titre en France, que vous n’êtes signé nulle part, que vous n’avez pas d’éditeur, vous êtes en droit de vous poser quelques questions.

Attention, le principe de payer pour participer à une compilation qui sera présentée à des décideurs ou des médias, ne me choque pas en soi, tant que cela reste sur des montants acceptables. Quelques dizaines d’Euro, pas plus.

Il y a régulièrement des gens qui m’écrivent en me disant : « Oui, mais moi je connais quelqu’un pour qui ça a marché… ». Combien d’autres ont dépensé des sommes folles pour rien ? Combien d’artistes ont emprunté, ont vidé leur compte, se sont ruinés ?

Il faut toujours mettre en perspective les moyens engagés, face aux retombées que l’on peut obtenir. Il faut toujours se renseigner sur les possibilités et les réussites de celui qui veut vous soutirer de l’argent. Il faut toujours rester vigilants et ne pas céder facilement dès que l’on entend des mots tels que : MIDEM, TELE, RADIO…

Ne soyez pas tenté d’enrichir d’obscures officines qui ont pignon sur rue. Les sectes jouent sur les mêmes cordes sensibles : « T’es l’meilleur, t’es l’plus beau, file-moi tes ronds ! ». On sait comment sont fragiles et vulnérables les artistes. Ne tombez pas dans le panneau. Les temps sont durs, gardez vos sous et essayez de les dépenser à bon escient.

Musicalement.